cadre   - Nous sommes le Jeudi 12 Décembre 2019 et il est 15:25
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Loir et Cher 41 - centre -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 41
  journée annuelle psychiatrie 10/12/2019
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
aah : debat sur le revenu universel d'activite
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

SOINS PSYCHIATRIQUES: LA FRANCE EN RETARD PAR RAPPORT A SES VOISINS 28/03/20156

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE QUOTIDIEN DU MEDECIN (Rubrique ouverte sur le Web)

Soins psychiatriques : la France en retard par rapport à ses voisins

DAVID BILHAUT 09.01.2013
 
  • 1357825140400826_IMG_96650_HR.jpg
 
 

« Au regard de ses voisins européens, la situation française présente un certain retard en matière d’intégration de la psychiatrie à l’hôpital général, mais aussi et surtout en matière de développement des structures d’hébergement et services d’accompagnement de la psychiatrie à l’hôpital général, mais aussi et surtout en matière de développement des structures d’hébergement et services d’accompagnement de la personne souffrant de troubles psychiques dans sa vie quotidienne », souligne l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) dans une étude récemment publiée portant sur l’évolution des dispositifs de soins psychiatriques en Allemagne, Angleterre, France et Italie.

Lire la suite page suivante

 




SUITE DE L'INFORMATION

Soins psychiatriques : la France en retard par rapport à ses voisins (suite)

Entre ces pays, les « différences culturelles mais aussi le mode de financement de la santé et de ses différentes composantes (ambulatoire, hospitalier, sanitaire, social) semblent jouer un rôle important dans l’organisation des soins », considère l’auteure, Magali Coldefy (IRDES) qui a réalisé son article à partir d’une communication au colloque annuel de la Word Psychiatric Association.

Processus de désinstitutionalisation

Ainsi, le processus de désinstitutionalisation orchestré dans ces quatre pays a engendré d’importantes fermetures d’hôpitaux tant en Angleterre qu’en Italie. En France et en Allemagne, ce mouvement s’est opéré par une « simple réduction et restructuration des services ». Dès lors, la proportion des offres publiques et privées s’avère très variable au sein de ces pays : « Plutôt faible en Allemagne et en France (8 et 35 %), l’offre privée est majoritaire en Angleterre comme en Italie » (près de la moitié du total des lits psychiatriques).

En Angleterre, le gouvernement a investi depuis vingt ans un budget important dans les soins de proximité. Résultat : outre-Manche, les hôpitaux affichent un faible taux d’admission annuel, de l’ordre de 300 pour 100 000 habitants contre 1 240 en Allemagne, 1 000 en France et 800 en Italie. « Cette situation s’explique entre autres par le travail des équipes mobiles de proximité » intervenant au côté des services sociaux, ce qui permet de maintenir le patient dans le milieu familial, précise l’auteure.

Approches alternatives

En France, « si une politique spécifique a été mise en œuvre, privilégiant un meilleur équilibre entre soins fournis au sein des hôpitaux et de la communauté, le développement des alternatives à la prise en charge hospitalière à temps plein reste insuffisant », note l’IRDES.

En pratique, « l’implication des usagers et de leurs proches dans le projet thérapeutique, à travers notamment les concepts de rétablissement et d’"empowerment" ou de responsabilisation, comme dans l’exemple anglais demeure embryonnaire en France », commente l’auteure qui appelle à poursuivre et enrichir les travaux sur la qualité des services à la population et l’amélioration de la qualité de vie des patients dans chacun de ces pays. En outre, « la place du secteur privé dans la prise en charge des soins psychiatriques est peu documentée et mériterait de plus amples développement », conclut l’auteure de l’étude.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Loir et Cher 41 - Région centre
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales